Chikagai, la ville souterraine... Index du Forum
Chikagai, la ville souterraine... Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Demeure d'Oni Yami
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Chikagai, la ville souterraine... Index du Forum -> La ville souterraine, quartier Sud -> Les rues obscures
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Oni Yami
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 19/03/2007 23:34:53    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

LA situation dérappait grandement, il en fut conscient au premier mouvement de Rose. L'esclave s'était-il lassé ? On dirait bien que oui mais il demeurait le maître et ne laisserait absolument personne lui dicter sa propre conduite dans sa propre demeure. Il sentit son corps à nouveau commencer à chauffer et il se mit à comprendre qu'il réagissait à la présence des mains qui l'avaient caressé. Ce damné petit gigolo avait réussi à entamer le travail pour ce qui était de son côté incube. La tête lui tourna et ça lui faisait vraiment peur de voir la situation se dégrader à un tel point.

" Petit imbécile..."

Oh oui, il avait peur mais jamais il ne l'avouerait, plutôt mourir. Rose serait-il seulement capable de le prendre de force ? Pourrait-il résister ? Il n'en laissa rien paraître, vierge de glace, parée d'une suprême indifférence. Il foudroya du regard cette main qui osa s'emparer de son bras et le rapprocha jusqu'à le mettre dans les bras de l'obsédé. Mais c'était mal connaître Oni que de croire qu'il se laisserait faire. Il n'avait pas d'arme sous la main et s'il en aurait eu, il aurait déjà attaqué depuis longtemps.


" Plutôt mourir !"

Il ne le pensait pas vraiment mais l'idée d'avoir gémit le remplissait de honte, assez pour faire déborder le vase. Il lui écrasa le pied et se tourna pour le frapper du coude. En combat, il avait toujours excellé au point d'arriver une fois à vaincre son propre géniteur. Il lui attrapa le bras et le lui tordit, glissant sa bouche près de son oreille.

" Je ne suis pas de ces incubes légers... Ne pense pas pouvoir te jouer de moi si facilement..."
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 19/03/2007 23:34:53    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Rose Écarlate
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 01:32:20    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Enfin un peu d'action, son maître avait enfin décidé de se coller à lui, quoique le coude lui coupa un peu le souffle, il fit tourner son maître et d'un geste brusque violant, lui arracha le drap et en riant l'envoya hors de porter pour le moment, resserrant sa main sur le poignet du démon. Il était sans défense sans ses pouvoirs, très intéressant, si il le narguait assez il serait incapable de se concentrer pour les retrouver, ou encore sous la rage écumante parviendrait-il à le faire, mais dans tous les cas, il était trop tard pour reculer. Le murmure de son maître à son oreille lui donna une de ses envies, glissant sa propre joue conter celle de son maître, il alla retrouver son oreille.
    - Mais vous savez que vous serez foudroyant comme ça, en incube accompli...

Il laissa à peine la pointe de sa langue lui frôler la peau avant de chercher à emprisonner son maître dos à lui en cherchant à l'immobilier, glisser ses bras sous les siens et d'aller refermé ses mains sur sa nuque, mais c'est que son maître ne voulait pas se laisser faire. Il était vraiment à croquer comme ça, à le sentir gigoter comme ça pour se libérer contre lui. Il sourit à pleine dents avant de ne pouvoir se retenir de le dire.
    - Vous savez que vous m'excitez terriblement comme ça. Si j'avais pas des principes... je vous prendrez comme ça vous savez.

Puis il rit, son maître allait lui échappé. Il ne voulait pas le blesser, mais il ne pouvait pas le laisser lui échappé comme ça... Il devait réfléchir vite. Il lui souffla à l'oreille avant de glisser une de ses mains sur ton torse jusqu'à sa taille, le tout fut trop rapide et il se retrouva envoyé contre une table. Ouf! Son maître avant de la force quand il voulait. Mais Rose ne devait pas laisser le change à son possesseur d'agir, il se précipita donc sur lui pour le reprendre et cette fois l'emprisonner, en usant de l'environnement présent si il le fallait et le coincé contre un meuble.


[[ HJ :: Si jamais ça te dérange l'initiative d'action que j'ai pris dit le moi et je change tout. Sinon tu peux poursuivre Wink ]]
Revenir en haut
Oni Yami
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 08:47:54    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Et merdeeeeeeeeee !!! L'autre était aussi agile qu'un de ces petits singe au goût détestable qu'il avait goûté quelques mois auparavant ! Et il était très souple ! Assez pour lui échapper et se targuer de lui ! Mais ça ne se passerait pas comme il le voulait ! Ah ça non ! Il était un démon, que diable, il devrait pouvoir maîtriser cet hybride trop humain quand même !!! Ca ne devait pas être si compliqué ! Où trouvait-il une telle force et une telle énergie alors qu'il n'avait plus mangé depuis longtemps ? Il avait vu qu'il n'avait pas touché au plat ! Comme s'il l'aurait empoissonné ! Stupidité ! Et lui n'était pas mieux ! Trop lent, il avait été dénudé... Et il n'aimait pas ça !

" Je ne te laisserais pas faire !"

Même si ç'aurait été un compliment sur le fait qu'il avait du potentiel, il n'était pas en mesure de l'apprécier, surtout pas entièrement nu à se disputer avec ce gigolo dont le contact lui déplaîsait par sa chaleur. Il regarda son drap mais il était trop loin pour qu'il puisse espérer lui échapper s'il se précipitait dessus et puis, c'était fuir devant Rose et il n'en était pas question non plus ! Plutôt mourir que de s'avouer vaincu et de subir son joug ! Nan !!! Il était le maître, il était le démon ! Il frissonna quand Rose manqua l'immobiliser en passant ses bras sous les siens. Il le repoussa rapidement et tourna sur lui-même pour lui échapper.

" Tu peux toujours rêver !"

Pas question de se faire prendre par qui que ce soit !!! Ah ça non !!!! Il voulait pas !!! Et justement, une main sur son torse nu le galvanisa. D'un geste, il poussa son adversaire pour qu'il rencontre la table. Il cacha sa nudité derrière ses cheveux et ses ailes, se montrant comme une bête sauvage. Il ne fallait pas se faire acculer, il fallait sortir de ce pétrin !!! Mais comme un ressort, l'autre revenait déjà à la charge... Il bondit sur le côté et roula sur lui-même pour lui échapper. Ses yeux cherchaient une arme... Il avait perdu la corde dont il avait voulu se servir pour l'entraver quand il était encore habillé de sa toge.

" Combien de fois faudra-t-il que je te dise que tu m'auras jamais, petite cervelle ?"

Ah si seulement il avait eu la magie ! C'aurait été réglé depuis longtemps ! Il profita d'u bref répis pour entourer ses reins d'un drap et tant pis s'il était humide, il n'avait pas trop le choix. Ah mince ! Le tiroir à couteau était derrière Rose ! A trop se soucier de se couvrir, il avait fait une erreur tactique. Il regarda un instant ses ailes trop frêle... Elles n'étaient pas encore prête pour leur premier envol, mieux valait abandonner. Tant pis, il fonça droit devant lui, tête baissée, planant à demi. Si Rose se mettait sur son chemin, il le heurterait de plein fouet et advienne que pourra... Au moins serait-il proche des armes ! Si seulement il avait eu son fouet !!!
Revenir en haut
Rose Écarlate
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 16:57:55    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Oni parvint cependant à le garder à distance. Désagréable vraiment, cependant son maître fut trop rapide et parvint à s'entourer à la taille de son drap. Rose en rit, car il ressemblait encore plus à un petit garçon à ses yeux. Avec malice, il attendit, pour savoir quelle serait la réaction de ce démon. À sachant que son maître n'utilisait pas la magie, il l'en savait démuni, mais pour combien de temps, car il n'imaginait pas et ne voulait pas imaginer ce qui lui arriverait sinon. Il s'humecta les lèvres se plaçant de façon à recevoir son maître. Ce petit duel était amusant, il n'avait encore jamais fait cela avec ses clients. Bien sur, il ne voulait pas le violé, mais réveiller la créature sexuelle qui se cachait dans son maître.

Quand son maître fonça sur lui, l'hybride attendit un moment, puis finalement, s'écarta et lui faisant un de ses coups vicieux qu'il avait déjà eu la chance de sentir quand il était jeune. La corde à linge, tendant son bras droit devant le démon il ne pouvait pas l'éviter et il le reçu en plein thorax, après tout, il ne voulait pas lui brisé le cou. Il agrippa alors son maître et l'envoya contre le comptoir, le coinçant contre le meuble avec force à lui faire mal presque, se couchant sur son dos, penchant sa tête vers son oreille il lui murmura fantasme alors qu'il se battait contre lui pour lui enlevé de nouveau le drap et laisser ainsi sa propre chaire aller contre celle de son maître...

    - Humf.... Maître... pourquoi... pourquoi refuser la nature. J'ai envie de vous sentir, de vous goûter. Vous savez par courir votre peau aussi blanche et froide soit-elle, la réchauffé de mes mains, de ma bouche alors que doucement j'attire toute votre désir et vos pulsions vers l'apogée de toute relation, en la base de toute vie, pour vous montrer à quel point on ne peut se passer de cela. La chair.

Il alla enfouir son visage dans le creux de l'épaule de son maître, embrassant avec ses dents le corps de son maître, mais pas assez pour qu'il en garde des marques.
    - J'ai envie de vous, vous ne connaissez peut-être pas encore, tout mais vous seriez un brillant apprenti, votre corps ne fait qu'appelle à cela, et moi je ne vous résisterai pas... laisser moi vous montrer.

Il glissa ses mains sur le corps de son maître pour atteindre son objectif et caresser son maître dans le seul but qu'il perde la tête en glissant ses doigts toujours plus bas, de ses bras, son torse, son ventre, sa taille, puis continuant de glisser toujours vers la chair convoitée, alors qu'il maintenant la pression sur le corps de son maître le retenant pour ne pas qu'il s'échappe, ses ailes étaient un peu désagréable, dans la mesure où elles voulaient le repoussé, mais il n'allait quand même pas les abîmer pour autant, cherchant seulement à les retenir par son propre poids de trop bouger.
    - Acceptez, et vous verrez ce que cela serait, et mon obéissance irait de paire avec votre plaisir.
Revenir en haut
Oni Yami
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 17:32:43    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Le voyant s'écarte devant ses pas, il poussa un soupir de soulagement avant de s'apercevoir avec horreur qu'un bras tendu se trouvait toujour dans son chemin. Il sentit le choc et se retrouva à pivoter contre, vers le bas. Il s'était fait mal mais il n'avait pas crié, trop stupéfait. Il était encore sonné quand l'autre le saisit pour le projeter contre le comptoir qu'il se reçut douloureusement dans le ventre. Il souffla de douleur et voulu se redresser mais c'était trop tard : déjà le corps de Rose se retrouvait contre le sien et il grogna de mécontentement, tout le corps raidit et il racla le meuble, il laissant la marque de ses griffes aussi acérées que celles des oiseaux de proies... Il aurait préféré labourer le corps de son infâme tortionnaire mais rien n'y faisait, il était par trop mal mis.

" Descends de là !"

Mais au lieu de lui obéir, le gigolo lui ôta l'unique rempart de sa nudité et un feu s'alluma dans ses joues, la honte aimant à y prendre ses quartiers. Il ne sentait que trop distinctement la présence du roux à cet endroit précis de son anatomie, comme son souffle dans son oreille, ce qui le faisait frissonner. Il chercha à se débattre comme un animal, battant ses ailes qui refusaient de l'arracher à la graviter. Il n'était pas un ange et il ne permettrait pas qu'on le touche là contre son contentement ! Nan mais pourquoi il ne voulait pas laisser ses fesses un peu tranquilles, l'autre ?

" Parce que je ne veux pas !!! Non mais descends !!!"

Le réchauffer ? Et puis quoi encore ! ? Il n'aimait pas la chaleur lui ! Il le lui avait déjà dit ! Ah si seulement il pouvait faire de ce blanc bec une statue de glace ! On verrait si l'autre voulait encore le réchauffer ! Et en plus, il n'avait pas non plus l'intention de se retrouver couvert de bave !!! Rien que l'idée lui répugnait ! Quant à la procréation, il ne saurait en être question ! Toute façon, pas de risque entre deux garçons sans une formule que peu de gens connaissaient mais le jour où il serait enceint, ça voudrait dire qu'il serait tombé sur la tête et bon pour la trépanation.

" Arrêtes de mettre ta bave sur moi, c'est dégoûtant !"

Mais c'était quoi d'inverser les rôles ? Son corps n'avait absolument appelé personne, c'étaient les hormones de Rose qui n'en faisaient car leur tête et le rendait malade ! Il avait de la fièvre à chaque fois qu'il le touchait ! Etait-il allergique à l'hybride ? Il voulait de l'eau froide à nouveau, comme celle qui était dans ses cheveux encore trempé, laissant l'eau glisser sur ses courbes gracieuses et élégantes à souhait. Il aurait pu être le modèle d'un peintre, une création divine au-dessus de toute les autres, un incube qui ne demandait qu'à naître et s'épanouir pour devenir à son tour un dieu du sexe...

" Non mais vire tes mains !!!"

Il essaya encore de fuir la réalité et de glisser ses mains pour empêcher la descente de ceux de Rose mais ses doigts tremblaient trop que pour arriver à atteindre la main blasphématoire qui se promenait sur sa peau, faisant surgir en son corps un feu des cendres chaudes, plus haut et plus chaud que le précédent. D'abord simplement dans ses bras puis sur son torse, effleurant des parties qu'il ne savait pas lui-même sensible. Il en resta le souffle coupé, plantant ses griffes dans le bois jusqu'à ce que ses jointures deviennent blanches. Des frissons insidueux lui remontaient du creux de l'échine et ses ailes se tinrent immobiles, étirées de toutes leur envergure. Oni sentait le feu se propager à chacune de ses cellules, les détruisant les unes après les autres pour en modifier la nature même. Il fut même incapable de comprendre et répondre à la phrase de Rose mais toute volonté de rébellion semblait soudain envolée... Son corps avait accepté depuis longtemps de se soumettre mais son âme indomptable était en pleine panique entre le désir ardent et un honneur qui n'avait pourtant plus lieu d'être depuis longtemps. La vertu n'était pas pour les démons...
Revenir en haut
Rose Écarlate
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 17:59:07    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Rose sentit enfin son maître se calmer. Est-ce un calme avant la bourrasque? Alors autant faire bien, mais vite, pour poursuivre ses attouchement et prendre en main enfin ce qu'il voulait. Caressant avec emphase l'anatomie exclusivement masculine sur son maître il rit tout bas le visage si près de celui de son maître... Baver sur lui, si il parvenait à bien le faire, comme il savait le faire, son maître accepterai, mais pour le moment, il ne pouvait pas nécessairement car bien de temps serai encore poli son maître? il ne voulait pas perdre ce risque de pouvoir commencer son éducation, après tout, il avait comprit que la mère tenait à ce que son rejeton aie enfin accès à une autre phase de son évolution, cela ne le dérangeait pas du tout, mais vraiment pas, c'était même très plaisant.

- Voyez maître, ce que le corps réclame. Laissez aller vos pulsions, laissez vous exprimer vos désirs...

Il l'embrassa alors sous la mâchoire, alors qu'il continua sa caresse. Certes il était excité par ce corps si jeune contre lui et inexpérimenté, mais malgré son propre besoin, il se concentrait autant sur les caresses données que pour se retenir d'aller trop vite ou de se frotter à son maître comme il aimerait. Il ne voulait pas que soudainement l'esprit sous un refus et un dégoût trop fort parvienne à le repousser, attendre, il serait bien profiter au bon moment de cette possibilité.

- N'ayez rien à craindre, je ne vous prendrai pas, pas comme ça du moins... pas temps que vous ne me le demanderez pas. Je vais parvenir à vous donner un plaisir si imposant de lui-même que vous en voudrez plus. ... ... ... Parce que ... on en demande toujours plus...

Rose poursuivit, resserrant ses mains par moment, glissant ses doigts sur la verge de son maître encore et toujours alors qu'il finit par le faire plus qu'à une main, laissant l'autre revenir vers ses hanches, alors qu'il aurait voulu couché son maître et l'embrasser, il devait se contenter de cette position désagréable autant pour lui que son maître, il le savait. Il était désolé de devoir en arrivé à cet extrême, mais, il le voulait que trop!
Revenir en haut
Oni Yami
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 22:12:53    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Oni luttait toujours... Il se sentait profondémment humilié et blasé par ce qui se passait, par la trahison de son corps. Que l'autre pause sa main là fut le mouvement de trop. Ce fut comme une explosion dans son corps et plus rien ne subsistat de l'ancien lui, comme s'il avait enfin acquis le moyent de dompter ce feu qui n'avait eu de cesse de le défier... Sa raison se fit ainsi consummer sans qu'il ne puisse bouger, haletant, le corps tendu entre les doigts caressant, le regard vitreux comme s'il avait vécu un traumatisme. Ses paupières se baissèrent soudain pour s'entrouvrir lentement. Ses yeux étaient toujours du même rouge sanguin mais la pupille était plus petite, presqu'un simple pont sur un lac de feu... Et cette lame noire regarda par-dessus l'épaule blanche qui était la sienne avec un sourire qu'il n'avait jamais eu... Il baissa à demi les paupières, comme un chat altier qui accèpte nonchalamment une caresse. Il fixait Rose qui riait près de son visage, parfaitement immobile, comme s'il fixait une proie sans pour autant que ce ne soit son regard sadique habituel.

" C'est toi qui m'emprissone...hybride..."

Pas de sursaut pour se dégager violement, pas de paroles dans un but blessant, teinté de cynisme... Non, sa voix était tout simplement rieuse, se moquant gentiment de lui. Il plia une aile puis l'autre, comme une statue qui s'éveillait à la vie. Son regard n'était plus éffarouché et il ne semblait pas du tout inquiet de savoir ce qui pouvait se passer bien que l'excitation de son esclave ne fusse pas ce qu'il y avait de plus discret contre ses fesses rebondies. Sa peau était à présent chaude et semblait être faite pour les doigts, teint nacré et velouté de pêche... Il s'étira légèrement et eut un petit rire, acceptant le baiser sans chercher à se dégager..

" Mon innocent petit Rose... Bien sûr que je n'ai rien à craindre de toi !"

C'était complètement absurde ! Même si Rose était habile à donner du plaisir, lui savait comment se jouer des sens de son amant que pour le rendre à moitié fou et c'était ce qu'il voulait en cet instant. Doté soudain d'une force démesurée et d'une douceur sensuelle, il le fit lâcher pour se retrouver face à lui, ne cherchant pas un instant à fuir la fièvre de son regard. Au contraire, il avait sous ses dehors de petit innocent, une lueur dans le regard qui ne s'y trouvait pas quelques minutes auparavant. Il posa ses doigts sur les lèvres du gigolo et les fit descendre sur la poitrine.

" Tu m'as l'air bien à fleur de peau..."

Son corps s'étirait sous les caresses et il se glissa, fuyant soudain l'étreinte de son adorable tortionnaire, passant derrière lui en un virevoltement de sa crinière noir. Il fit une petite tape sur les cuisses de l'impudant puis alla se percher sur une table, le fixant, assis et dominateur, dévoilant l'intérieur de ses cuisses sans une once de pudeur... Et oui, son état d'esprit avait radicalement changé et il dégageait un petit quelque chose d'irrésistiblement libertin.

" Adorable mais tellement naïf... Ce n'est pas toi qui me prendra... Je ne t'appartiens pas ! Mais toi qui es mien, approche donc... Il y a une chose que je dois te prouver... Je ne suis pas comme tous les autres que tu as connu jusqu'ici..."
Revenir en haut
Rose Écarlate
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 22:43:57    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Rose continua, sentant bien son maître réagir positivement à ce qu'il lui faisait. Bien qu'il le retenait sous lui, il commençait à avoir peur si il le libérait que ce dernier se vengeance et donc d'échouer dans l'éveille de la créature sexué en lui. Malheureusement, son maître avait reprit assez de conscience et de force pour le repoussé alors qu'il avait lui-même la tête ailleurs. Il hésita une fraction de seconde pour savoir si il allait de nouveau se battre contre lui, mes les yeux de son maître l'intrigua, son regard était trop différent. Il regarda la main de son maître descendre sur son torse ce qui le distraya et fit glissé son maître loin de lui. Il se tourna pour le regarder.

Il n'avait pas perdu son désert de lui, mais la transformation si brusque de son maître le troublait. Il ne savait pas trop comment il voulait le voir , toujours refusant ses avances ou là, en il ne savait trop quoi? aurait-il réussit aussi facilement à ... donner le désir à son maître. Il le vit prendre une pose révélatrice devant lui, il ne cherchait pas à se couvrir? Il prit soin de le détaillé, rien ne valait ce tableau de son maître ainsi accoté contre la table, le corps ouvert, le regard langoureux, et qui l'invitait à s'approcher.

Hésitant, il s'approcha tout de même. Mais cependant il prit le temps de répondre à son maître posément.


    - Même si je voulais vous prendre, je ne l'aurai pas fait sans votre consentement maître.


La fin de son discourt cependant, il préféra le laisser sous silence, car il se demandait bien comment son maître pourrait être différent des centaines d'amants qu'il avait eu. Certes celui-ci était différent des autres, mais ils étaient tous différents... même si ils se rejoignaient tous en un point -.o aussi préféra-t-il taire ses commentaires et s'approcha de son maître. Il se mit très proche, il ne sentait pas que son maître allait soudainement changer pour s'en prendre à lui, et même si c'était le cas ... en un sens, il l'avait cherché ... même si il trouverait un moyen que se soit ici ou plus tard pour faire tomber tous les de son maître.
Revenir en haut
Oni Yami
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 23:00:52    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Il ne bougea pas, notant que Rose n'hésitait pas à regarder entre ses cuisses, comme il l'avait pensé en prenant cette pause. Rien d'extraordinaire... Rose était juste un voyeur. Il attendit son autorisation pour prendre le chemin vers lui... A moins que ce ne fusse son statut naturel nouveau qui le laisse pantois comme ça. C'était irrésistiblement drôle de le voir à moitié zombifié, comme un fidèle qui marche vers la statue glorieuse de son dos. Il avança la main pour lui caresser la joue, sans le quitter des yeux ni faire mine de s'allonger pour subir le délicieux joug de l'amour. Pas encore...

" Tôt ou tard, tu l'aurais fait..."

Ses doigts jouaient tendrement sur le torse dénudé. Il découvrait le corps de son amant comme s'il redessinait les coutours d'un verre, l'air un peu absent. En vérité, il humait l'odeur de sexe dégagée par le corps frustré de celui qu'il dominait à présent. Ses ailes les entourèrent et il passa ses doigts sur le visage délicat, très calme et presque hors de porté par ces mouvements gracieux sans arrières-pensées, comme si de rien n'était...

" Tu aimerais non ? Plonger avec délice en moi ? Te sentir emprisonner de mes chairs ?"

Il glissa sa main sur le ventre puis se saissit de l'organe de l'homme, voulant lui montrer que lui aussi savait tenir un homme pour le bas-ventre. Il laissait ressortir le monstre de sensualité qui avait dormi en lui toutes ces années et s'amusait aux dépends du jeune homme. Il aimait beaucoup le voir ainsi à sa merci, peut-être un peu perdu face à un comportement qui n'était autre que le contraire de celui qu'il adoptait en temps normal mais il n'était plus Oni et n'agissait donc plus que selon sa propre volonté.
Revenir en haut
Rose Écarlate
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 20/03/2007 23:37:34    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Alors qu'il laissait son maître le dévisagé et lui caressé la joue, Rose écouta ses mots. Certes, peut-être l'aurait-il fait, mais toute sa vie, il avait été capable de retenir ses pulsion pour servir ses maîtres et par la même occasion augmenter son plaisir. Mais peut-être, qui pouvait savoir, mais alors il n'aurait plus été maître de lui. Il le sentit caressé son torse, et de nouveau son visage, les ailes de son maître les enveloppant, les enfermant dans un cocon, alors qu'il était si proche de son maître. Quand il lui demanda si il voulait le prendre, plonger en lui, il baissa les yeux timidement, posant de nouveau ses yeux sur le sexe de son maître, alors qu'il sentit son maître lui prendre le sien de sa main,

Il en eut le souffle couper, et releva la tête vivement pour regarder son maître. Il avait envie de prendre son visage entre ses mains, de l'embrasser et de l'étendre et oui, de le posséder comme ça, il aurait aimer que pour une fois, ce soit quelqu'un qui le caresser de sa main et de sa bouche et non pas lui qui le fasse, mais il secoua la tête pour chasser ses idées qui n'avaient pas leur place, il devait se camer. Il ne voulait pas être un jouet, sans contrôle de ses propres pulsions. Il regarda de nouveau le visage de son maître alors qu'il tremblait presque à force de se retenir d'agripper son maître pour s'accrocher à lui.

    - Certes, oui, vous avez raison, je .... j'aimerai vous prendre comme ça, mais ... je ... mais je ne l'ai jamais fait sans que mon maître le souhaite, et je ... je ne veux pas ... sans votre accord... je ... maître.

Rose trembla soudainement pour ensuite se calmer et il n'osa pus regarder son maître directement. Il aurai bien aimer le prendre contre lui et écraser sa bouche de la sienne, il aurait aimer le prendre et assouvir sa passion brûlante qu'il sentait en lui avec son maître pour montre à son maître tout ce qu'il faisait naître en lui, mais en même temps, il aurait aimer que son maître éprouve la même que lui, pour qu'il est la sensation d'équité, de produire encore un peu de désir, ce qui ne semblait malheureusement pas le cas avec son maître... l'air un peu triste, déçu, amer. il dit du bout des lèvres...
    - Je ... me sens .. honteux maître ... de ne pas vous donner de désir.

Il garda les yeux fermé, bas, sachant que son maître se rirait de lui. Que diable! Il devait se réveiller, il était Rose, il avait montré sa désobéissance et son irrespect de l'autorité, avait abusé son maître, avait emprisonné son maître et maintenant, Rose, se comportait comme un petit garçon à qui on refusait une friandise, à qui on annonçait un C au lieu du A souhaité... Il ne pleura pas, mais c'était tout comme.
    - Maître ...
Revenir en haut
Oni Yami
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 21/03/2007 06:30:33    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Hum... C'était mignon... Rose jouait les timides maintenant. Même s'il était maintenant un incube en devenir, il trouvait ça mignon... Oh oui, il avait changé mais il n'était pas complet, Il lui manquait tout : posséder un être de chair et être possédé à son tour. Contrairement à ses pensées habituelles de petit puceau effaré, il y songeait avec Rose... Et même fortement ! Voilà pourquoi il avait glissé sa main sur le corps de son esclave... Il s'amusait à le perdre, à essayer de savoir ce que désirait Rose parce que cette fois, il ne le laisserait diriger que d'apparence, cette fois, ce serait lui qui tirerait les ficelles en faisant croire qu'il n'en savait rien...Oh oui, il savait ce qu'avoir des relations sexuelles voulaient dire physiquement mais il en voulait à présent l'expérience. Tenir cet expert entre ses doigts et lui faire tourner la tête en se comportant toujours de façon, contraire.

Il aimait ce nouveau pouvoir, cette façon d'arriver à surprendre Rose au plus haut point, à le sentir réagir à ses doigts mais aussi à ses paroles. Il le laissa le dévisager, les yeux à moitié clos, comme une invite mais sans faire de geste pour lui assurer que c'était ce qu'il voulait. Non, il aimait lui faire miroiter l'envie de se glisser entièrement en lui, de le prendre avec délectation. Oh, Rose semblait tellement en avoir envie. Le cher petit ne savait pas mentir. Du moins pas avec ce corps si tremblant. Il était perdu et excité. Quant à l'incube nouveau, il ne lui simplifiait pas la tâche en le tripotant là où justement, ça avait le plus d'effets. Il se demanda combien de temps le jeune homme pourrait tenir à ce rythme alors que son corps se tendait vers le sien.


"Oh ? Te faudrait-il un accord écrit ?"

Oui, il se moquait de lui ! Mais Rose était-il donc si perturbé par son changement qu'il ne puisse comprendre qu'il n'y avait pas de permission à demander dans un entretient du genre ? C'était vraiment très mignon de le voir perdu à ce point ! La permission... Il avait cru pourtant comprendre que Rose était quelqu'un à qui le sexe plaisait beaucoup. S'amusait-il rééllement à demander une permission pour tout ? Il avait tout les droits sur le corps qu'il sentait pulser et grandir contre sa main chaude, ses yeux toujours plongé dans les siens, un sourire amusé aux lèvres. Pour le moment, c'était même légèrement décevant. Enfin, il devait reprendre les choses en main parce que ça ne lui permettait pas à lui-même d'être dans l'état qu'il aurait fallut.

" Hum rien de plus délicieux que la honte..."

Le toisant de toute sa taille, il glissa sa seconde main sur les fesses du jeune hybride et l'attira à lui, doucement, sans cesser de le tenir par le bas-ventre, mettant sa bouche près de la sienne, laissant leurs souffles se mêler sans pour autant chercher à l'embrasser. Pas encore... Il voulait savoir comment il allait réagir, s'il saurait demeurer maître de lui. Il était amusant de voir Rose, intrépide, insoumis et désireux devenu comme une brebis. Il aurait pu se moquer de lui, certes, mais il ne le fit pas... Il sortit la langue pour lécher ses lèvres pleines faisant maintenant consciemment connaissance avec elles.

" Dis-moi encore ce que tu rêverais de me faire... "
Revenir en haut
Rose Écarlate
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 21/03/2007 07:38:01    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Rose était complètement chaviré par la présence de ce maître ouvert et qui se jouait de lui. Il avait déjà vu des maître à l'oeuvre, mais c'était différent, c'était bien vrai, trop satisfait de leur propre sang, il en avait oublié comment se jouer des gens pour le plaisir, alors que Oni lui ... en était encore à la source, et puis Rose était Rose, douce charnelle comme la fleur possédant cependant quelques épines pour rappelé qu'il était précieux. Maintenant que son maître allait dans le sens où il voulait, il pouvait bien choisir de le laisser guider, un peu, juste pour y goûter... Mais finalement c'était bon, bon de n'être qu'un corps entre les mains de quelqu'un d'autres...
    - Pas un accord écrit, seulement votre ordre, seulement que vous le demandiez, que vous me suppliez de le faire.

Dit-il à sa question sarcastique. Il aurait fallut être un simple idiot pour ne pas reconnaître en cela qu'il se jouait de lui, mais il ne voulait pas se battre pour si peu alors qu'il avait tant. Alors il répondit courtoisement, comme il le pouvait, pour conserver le présent de son maître, celui de le toucher, de lui parler et d'être si près de son souhait. Il commença à trembler, à retenir ses gémissements. Cela faisait quand même depuis plus de douze heures qu'il n'avait rien eu. Le libertin était en manque. Il avait besoin de cette nourriture. Il ferma ses paupières pour sentir la profondeur de son plaisir et désir, alors que son maître l'invitait par un geste directe à s'approcher encore plus proche si proche qu'il avait son souffle contre ses lèvres et qu'il ne voulait pas regarder pour ne pas succomber à cette appelle de la chaire.

Mais son maître était presque vicieux en glissant sa langue sur les contour de sa bouche, sur sa chaire tendu et qui suppliait qu'on les touche qu'on les prennent qu'on les embrasse. Il laissa un son net échapper à ses lèvres entre ouvertes alors qu'il sentait son maître si proche de lui, trop proche et qu'il n'avait plus rien à faire pour le toucher, que le vouloir et cela serai chose faite...

    - Ce que je voudrais vous faire maître? Je rêve de vous embrasser, de prendre votre visage entre mes mains et de respirer votre bouche d'embrasser vos lèvres, de goûter encore votre palais et de danser avec vous, mais que cette fois vous m'accompagner. J'aimerai parcourir de mes lèvres votre peau, glisser sur elle et la dessiner. J'aimerai, ô! j'aimerai embrasser cette bouche qui me tente, qui se joue de moi, et qui m'est une torture en ce moment. Maître... J'aimerai y goûter, sentir sa texture, sa chaire et la prendre, la glisser entre mes lèvres, la mordillée juste assez pour ensuite la couvrir de pétale et les enivrer. J'aimerai vous embrasser... vous embrasser...

Alors qu'il lui décrivit ce baiser ses lèvres frôlant et frôlant encore celles de son maître, jusqu'à ce que, il n'y tienne plus et s'arrêta pour embrasser sa lèvre inférieur. D'abord avec politesse, à peine une frappe délicate à une porte en bois pour signifier notre présence enfin arriver, puis il se saisit de la poignée en prenant toute sa bouche contre la sienne, embrassant la chaire de son maître cette plantureuse partie de son anatomie, dont il venait de chanter ce qu'il rêvait de lui faire, puis il souleva le loquet en entrouvrant les livres de son démon de maître et ainsi pousser la porte et entrer dans ce palais des délices. Glissant sa langue, allant rejoindre celle de son vis-à-vis pour la réveiller, l'appeler, et la conduire à travers la salle dans une danse lascive. Finalement, il commença par le début, en glissant ses mains sur le visage de son maître écartant ses mèches ébènes de ses jours pour embrasser avec fourgue la bouche de son maître qu'il ne lâchait pas depuis de tendres instants. Il ne voulait pas s'arrêter, il voulait continuer de l'embrasser et même plus, il voulait achevé l'entrer, mais son maître lui avait demandé de lui dire ce qu'il voulait lui faire, alors il lui répondrait parce qu'il en avait aussi envie.
    - Je rêverai maître de vous sentir contre moi, de vous sentir, votre corps presser contre le mien, j'aimerai pouvoir sentir le chavirement quand il vous prendra, j'aimerai pouvoir sentir que l'on s'agrippe pour ne pas tomber, et se noyer ensemble dans les souterrains des plaisirs qu'ils sont chaque fois renouvelés. Maître... J'aimerai glissé mes mains dans votre dos tout en vous embrassant et ainsi pouvoir le réaliser. Et puis, j'aimerai que le temps dur encore, si longtemps que jamais il ne soit comblé, et que ainsi l'éternité ferai arrêter de le temps à l'apogée de la perfection. J'aimerai vous étendre sur la table avec autant de délicatesse que je le ferai au plus pur des cristal. Vous étendre sur le lit le plus moelleux de vos pensées pour me glisser sur vous en continuer de prendre votre bouche de la garder prisonnière de la mienne, alors que mes mains glisserait de votre mâchoire à votre gorge, à vos épaules, à votre torse, le parcourir de mes doigts, de mes mains, jusqu'à ce que je puisse vous redessiner les yeux bandés. J'aimerai pouvoir vous admirer dans l'aveuglement que vous me procurer, et ainsi vous sentir graver en moi, comme la sculpture de jadis qui ornais les plus beau jardin, et qui obligeait de par beauté à baisser les yeux quand on voulait la regarder. Maître je voudrais vous procurer mille délices. J'aimerai vous sentir étendu sous moi, nos corps si proche l'un de leur qu'il se confonde. Maître j'aimerai vous prendre avec révérence et beauté.

Le souffle court, les lèvres à peine écartées de celle de son maître trop proche pour qu'elles ne puissent se frôler. Il avait parler avec une voix profonde et sobre, alors qu'il était enivré par le désir et la passion de son maître, par l'objet de ses fantasmes. Rose aurait voulu le faire, le prendre par le corps, l'étendre, l'embrasser, le caresser pendant trois éternités puis finalement avec l'éclatement du feu d'artifices le prendre, soulever son bassin dans un naturel qui rendrait la chose invisible et pourtant si parfait, qu'elle coulerait d'elle-même. Plongeant dans le corps même de son maître, pour le connaître et avoir son plaisir tout en procurant à son maître cette même expérience que lui-même vivait pour presque la première fois, car chaque fois est unique, modelé par les précédentes, et par l'instant, par la fraction de seconde, par le partenaire comme par le soi-même. Il se pencha sur son maître rencontrant ses lèvres par les siennes puis continuant voulant continuer en acte ses paroles, il voulait étendre son maître sur la table et ainsi pouvoir poursuivre ses langoureuses avances jusqu'à ce que le point de non retour soit franchit et que le plaisir se multiplie jusqu'à ce que le ciel éclate! Il glissa ses mains sur lui, jusqu'à son torse glissant cependant ensuite jusqu'à son dos, pour retenir sa chute alors que lentement, doucement, avec révérence, il couchait son maître contre le bois de la table et qu'il retournait rejoindre sa partenaire de ballet dans le palais de Oni.

Une fois son maître couché, il ramena ses mains sur lui et parcouru du bout des doigts son torse, sentant ainsi son corps adolescent se former sous ses doigts en celui d'un démon à la beauté ravageuse. C'était son maître, oui, mais il ne pouvait s'empêcher de souhaiter qu'il aie la moindre influence aussi minimum soit-elle dans l'expansion du plaisir et du désir chez son maître démon des glaces. Ce n'était plus un glaçon qu'il avait qu'il avait sous la main, mais une braise qui prenait du souffle, mais il ne se brûlerait pas et même si c'était le cas, il en redemanderait, ne serait-ce que pour l'instant trop mince du temps où il avait atteint la perfection d'une goutte d'eau.

    - Je voudrai vous embrasser et vous caresser jusqu'à ce que tout ne se rapporte que cela. Que dans votre esprit vous ne puissiez plus jamais être libérer de ce besoin, celui d'être toucher, et qu'on vous fasse ... qu'on vous prenne dans l'abondance des préliminaires jusqu'à ce que même la fusion des corps ne soit plus que légal du reste, jusqu'à ce que la perfection devienne grise, je voudrais tellement vous en donner, alors que trop est comme pas assez, et je ne voudrais pas ... Je voudrais maître vous prendre ainsi sous la pluie de caresses et de baisers, jusqu'à entendre votre voix demander grâce pour que je glisse mes mains sous vous et que je vous soulève pour vous prendre. Me glisser en vous et ainsi posséder de corps, alors que vous m'avez déjà voler mon âme. Je voudrais que ce moment ne soit que cris de plaisirs et que ce décor ne soit là, seulement vous et moi. Maître!....

Il l'embrassa alors qu'il glissait ses mains sous le cors de son maître, glissant sur sa taille ses hanches pour se saisir de ses fesses et lui soulever le bassin, comme si en même temps que ces paroles il agissait, mais il n'allait pas plus loin, se retenant en gémissant, en retenant ses larmes de retenu mal placer. Malgré tout ce qu'il avait fait, malgré toutes ses années de servitudes et de prostitutions, il allait encore respecter ceci, jamais il prendrait des partenaire sans qu'ils l'aient eux-même demander, supplier de le faire! C'était ces mots qui lui faisait perdre totalement la tête, c'était ça sa faiblesse. Il fallait qu'il entendre ses maîtres le désirer, entendre leurs voix le supplier de les prendre! De les posséder, pour qu'il se libère de toutes réticences et le fasses, quand son maître lui appartenait, il se donnait totalement, aveuglément et consciencieusement à son maître! Il lui donnait son âme en échange de la sienne.
    - Demandez le moi maître, et je le ferai....

Rose s'arrêta là, tenant son maître contre lui, couché sur la table, la bouche si près de la sienne, sans l'embrasser, sans le caresser, pour lui donner l'attente...
Revenir en haut
Oni Yami
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 21/03/2007 11:47:52    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Oni ne serait pas comme on l’aurait cru en l’écoutant parler, quelqu’un qui se basait sur l’identité raciale de ses amants. Quelle importance cela pouvait-il avoir ? Tout ce qui était jouissif était de les maintenir en son pouvoir en les amenant là où il le voulait vraiment. C’était un jeu subtile dont il appréciait les modalités. Créer une tempête insupportable dans la tête de l’autre, le rendre sensible à souhait pour que juste un souffle le fasse tomber dans ses bras était quelque chose qu’il découvrait avec bonheur. C’était tellement grisant de se prendre pour un dieu face à un suppliant. Pas besoin de paroles pour savoir ce dont ils avaient tous les deux besoin pour l’instant. Oui, il n’était qu’un pauvre puceau sans expérience mais cet état de fait ne pouvait-il justement mettre le feu aux pensées de Rose ? Parce qu’il connaissait en cet instant son premier contact et que nul autre avant lui n’avait osé étreindre ses chairs ? Un atout qu’il n’aurait plus jamais… Et qu’il voulait faire disparaître entièrement en ce jour… Cette nuit le trouverait changé du tout au tout. Son jeune corps dégageait pour la dernière fois le parfum de celui qui n’avait jamais connu l’étreinte passionnée d’un couple s’aimant d’amour torride…

‘’ Hum, ça demande réflexion…’’

Il savait que si Rose le demandait avec tellement d’insistance, ça devait être très important pour lui et il se demandait bien à quel point. Il avait envie de jouer les maîtres sans vraiment l’être mais de là à lui donner un ordre pour qu’il le fasse, ça lui semblait être un peu injurieux. D’un autre côté, le seul rapport qui l’unissait à son professeur était justement que celui-ci était son esclave, son jouet… Ca lui donnait envie d’un peu le bousculer, de lui faire croire qu’il hésitait alors que tout avait été scellé dès le moment où il s’était éveillé incube…

Cette nuit était celle de sa naissance… Enfin, nuit ou jour… De toute façon, leur petit jeu ne prendra certes pas fin tout de suite… Il voulait le faire durer jusqu’à ce que leurs deux corps demandent une trêve parce qu’ils seraient incapables de supporter plus après un torrent de passion. Il glissa les doigts dans la chevelure de feu, semblant distrait du corps de son amant par ses reflets cuivrés. C’était un jeu pour lui plus que vraiment une épreuve. Il avait eu un sourire à sa réponse, sachant que pour l’autre aussi, ça devenait un jeu… Un jeu agréable qui pourtant lui faisait quitter à jamais les joies et les petits tracas de l’enfance. Il en sortirait en démon accomplis, comme une cerise sur le gâteau. Il savait que désormais, il y avait aussi gagné sur son élément… Il était glace mais aussi feu…

Et il sentait le corps tendu contre lui qui s’enflammait bien qu’il aie ôté sa main de sa virilité. Le regardant en jouant dans ses mèches, il attendait de voir quel désir se cachait derrière cette petite lueur qui l’avait capturé dans ses iris chatoyants. Oh il se souvenait de ce qu’il avait imposé, il comprenait à présent ce désir brûlant qui se montrait si impérieux mais il n’allait pas céder si facilement… Il fallait d’abord qu’il soit sûr que le gigolo fut pris au piège. Il fermait les yeux, comme un innocent mais il n’y avait plus aucune chance qu’il se détourne de lui. Plus fort encore que l’amour vanté par les anges, celui des démons ne laissait personne indemne. Ceux qui avaient le malheur de leur plaise se voyaient attachés à eux. Oni n’était pas de la race des démons qui assouvissaient leur désir dans les bordels. Il n’avait qu’à paraître et à lancer un regard pour qu’on se batte afin de juste effleurer sa chair. Sans doute était-il même le plus fantastique des incubes qui peuplaient ces lieux… Ce que Rose avait découvert n’avait rien à craindre des autres incubes. Il était jeune mais pas stupide et influençable. Il aimait juste ce qu’il allait découvrir au plus au point. Rose céderait tôt ou tard, même sans les mots…

Il l’écouta, attentivement, trouvant touchant ce petit discours si fournis à propos des baisers. Il n’avait pas besoin de tout ça pour se décider mais il voulait que Rose fasse le premier pas. Lui parler de son désir permettrait au jeune homme de libérer assez de cran et de désir pour envoyer paître tous ses ressentiments. Rose en brûlait d’envie, tout comme lui. Sentir les lèvres parler, presque sur les siennes lui donnaient un frisson dans son échine. Le programme semblait alléchant : des baisers à n’en plus finir, des caresses… Une danse en dehors de l’acceptation générale du terme, ça lui plaisait. Qu’il parle ensuite de sa peau comme d’un fruit défendu… Et à nouveau ses lèvres, comme une fixation hypnotique au point qu’il répète encore et toujours qu’il voulait juste l’embrasser… Un seul mot pour résumer tout ce que le jeune homme désirait et tant de mots pour rendre juste un besoin qui n’avait nul besoin de justificatif.

Et puis, l’autre céda à son besoin. A force de se torturer à toucher sans plus, il avait finit par craquer. D’abord un baiser presque timide sur la partie inférieure de sa bouche, comme on baisait un objet sacré, avec une révérence absolument troublante. Puis le baiser dégénéra et l’incube ne se recula pas, laissant les lèvres s’écraser contre les siennes avec le désir impérieux de s’en emparer. Il se garda bien d’y répondre, il fallait toujours laisser languir, se faire désirer… Mais pas trop où on se détournait. Ce jeu de séduction était dur mais nécessaire. Lorsqu’il sentit la langue de son amant chercher à se glisser en lui, il ne résista qu’un court instant avant de permettre avec empressement cette intrusion qu’il avait lui-même attendue. Ses doigts se glissaient dans les mèches carmines. Il ne craignait pas de s’y brûler. Que du contraire, c’était là son plus cher désir et sa langue se joignit à la course folle, apprenant bientôt à se montrer aussi douée que celle qui avait été son instructrice. Le démon ne le serrait pas contre lui uniquement pour rajouter au trouble de sa proie. Il était sien… Et les doigts fiévreux se posèrent sur son front avec urgence, faisant fuir sa chevelure de ténèbres. L’instant lui sembla durer éternellement puis son vis-à-vis s’écarta, le regard encore plus troublé par le désir de l’union des corps.

‘’ J’aime ce que tu me dis…’’

Il était infiniment flatté par le désir de son esclave. Il avait de jolis mots qui lui faisaient s’imaginer des scènes torrides, à peine modifié de ce qu’il avait vu autrefois mais tourné à sa sauce à lui… Il se demandait si Rose avait conscience qu’il serait capable de le prendre au pied de la lettre. Oui, ce langage était à double tranchant : d’un côté, il entretenait l’impatience de Rose mais aussi, il lui donnait envie d’essayer tout de suite. Il mourrait d’envie de sentir leurs peaux se frotter, leur désir se rencontrer parce que bien sûr, à force d’en parler, une vague de chaleur irrépressible avait eut tôt fait de lui ôter toute volonté de cacher ce qu’il ressentait au fond de lui et les effets que ça pouvait avoir sur son anatomie. De toute façon, il était assez bien bâtit que pour avoir une certaine fierté de son corps souple et désirable, bien membré et ce pour tous les membres. Ses ailes aussi avaient des reflets bleutés, comme miroitant dans une parade nuptiale. Il n’était peut-être pas de cristal mais il était absolument sûr qu’on ne pouvait pas lui refuser ça, qu’il soit sur une table ou un lit, ça n’avait pas d’importance… Ce ne serait pas le plus important et ce n’était qu’une première fois… Il varierait plus tard, comme de bien entendu. Oh oui, Rose était complètement tombé dans son piège, plus de peur à avoir concernant un revirement de situation malvenu… Il voulait autant prendre son corps que d’être pris par lui. Il se lécha les lèvres pour les humecter et les rendre plus attirantes, assez inconsciemment.

‘’ Et bien…’’

A nouveau, ses lèvres furent prise et il ne se déroba pas, même lorsque les mains de Rose descendirent sur ses hanches pour les soulever. Il en était plus que conscient, il ne pensait qu’à ça alors qu’il se faisait étendre de tout son corps sur la table, se moquant de la nature de celle-ci, seul le corps qu’il se mit à enserrer avec une quelconque importante dans sa tête nouvellement obsédée. Sa bouche se faisait tendre autant qu’il avait été cruel autrefois. Il accueillit le poids du corps de l’autre avec un gémissement étouffé. Il le regarda, sentant les doigts qui se promenaient sur lui, promesse d’un plaisir infini.

Il entendit vaguement la voix de son maître mais impossible de comprendre ses dires. Il s’en moquait, les mots avaient eu raison de lui comme les gestes. Ca devait être beau sans doute mais il n’y avait rien à faire… Il préféra s’offrir à la caresse des flammes et de son professeur. Il le laissait cette fois-ci prendre les rênes. C’était fini, il avait atteint ses propres limites mais il avait toute la vie pour les repousser sans cesse. Il le regarda s’arrêter après avoir parlé et ne dit rien pendant une longue minute avant de laisser un sourire rendre ses lèvres à nouveau irrésistible.

‘’ Je te l’ordonne… Enseigne-moi, Rose…’’
Revenir en haut
Rose Écarlate
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 22/03/2007 16:26:14    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Enseigner à son maître, futur incube les joie de la chaire? très tentant. Il sourit avant de plonger dans son cou et de le mordillé tout en l'embrassant alors que ses mains allaient emprisonner les bras de son maître contre la table. Il allait découvrir la rage de ne pouvoir rien faire devant son incapacité à réagir face aux sensations qu'il voulait lui donner. Appuyant son bas ventre contre le sien alors qu'il chercha un moyen de lui faire gagner rapidement le tremblement de plaisir, aussi resta-t-il longtemps ainsi à lui dévorer la mâchoire et la gorge sans y aller portant avec douceur. Après tout, il n'était pas un ange, alors un peu de brusquerie, de sauvage était bien sur nécessaire. Il jouait avec un démon aussi jeune soit-il. Mais il descendit rapidement sur son torse qui subit le même sort. Prenant entre ses dents sa chaire sans vouloir pour autant le marquer au sang, mais assez pour qu'il est une idée, après tout, lui-même aimait bien être pris avec un peu de violence, de passion trop forte et de désir à assouvir avec empressement, sans être bâclé pour autant.

Il ne voulait pas parler, parce qu'il voulait que se soit son maître qui ose, qui dise ce qu'il sentait, ce qu'il voulait. Il voulait attendre son maître perdre le contrôle de sa frigidité. Connaître les pensées de son maître alors qu'il descendait toujours plus bas sur lui pour ainsi explorer sa peau et son corps de sa bouche. Certes par moment il aurait bien aimer y rajouter les mains, mais il voulait s'assurer que son maître ne bouge pas aussi facilement, qu'il soit à sa merci complètement et qu'il ne puisse que subir pour cette première fois, qu'il lui fasse découvrir ce plaisir et qu'ensuite, il puisse être l'investigateur du sien. Finalement, il descendit si bas qu'il se retrouva tout proche du membre de son maître. Il avait souvent ainsi donner du plaisir, cela ne le dégoûtait pas, et même que dans une certaine mesure, il était agréable de tenir ainsi son partenaire dans son entier contrôle. Mais il n'allait quand même pas prendre cette sucrerie immédiatement dans sa bouche ou entre ses mains. Non il allait l'exciter jusqu'à ce que son maître n'en peut plus!

Il laissa son visage le frôler, ses joues, ses lèvres, caressant éphémèrement cette peau sensible, laissant tomber ses cheveux de par et d'autre de lui alors qu'il prenait soin de poursuivre ses mêmes tiraillements de baiser et de langue tout autour de cette zone hautement sensible, sans lui accorder plus grande attention que celle d'être au coeur même de ses attentions. Mais là encore il ne dit mot, comme si il ignorait l'organe de son maître tendu, telle un objet invisible pour lui, alors que tout appelait vers lui. Finalement, il retourna à son ventre avant de descendre en ligne, enfin!, vers l'objet de convoitise. Mordillant doucement baiser profond sur lui jusqu'à son extrémité, et alors qu'il ne levait qu'un regard rapide sur le visage de son maître, étendu sur cette table de cuisine, complètement offert à lui l'esclave! il sortit sa langue pour caresser la pointe jusqu'à ce que finalement, il accepte de succomber lui-même et le pendre dans sa bouche. Caresse buccale chaude, humide et habille. D'abord lente, la progression se fit en cherchant à aspirer au fond de sa gorge le sexe de son maître.

Rose espérait presque que son maître parvienne au plaisir et à jouir, sans cette première pénétration, ainsi alors qu'il serait encore dans les vapes, il le prendrait , s'enfonçant en lui, parcourant son intimité, jusqu'à ce qu'il soit sien et que sa première fois pour cette marque, la sienne. Il osait enfin donner libre court à sa fourberie, en utilisant toutes ses connaissances pour caresser, embrasser, aspirer, mordiller le tout jusqu'à ce que finalement, lui même en demande plus et en rajouter, maximalisant tout ce qu'il pouvait lui faire, concentrant tout son vouloir sur cette partie de son maître, espérant lui faire perdre la tête, qu'il crie, qu'il jouissance! Pour pouvoir lui-même se soulager de cette attente qu'il imposait et que finalement, il aimerait parfois s'en passer!
Revenir en haut
Oni Yami
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: 22/03/2007 18:50:37    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami Répondre en citant

Bon, voilà, il l'avait dit. Maintenant, il avait envie de voir ce que Rose allait faire. Il ne l'avait pas supplié mais il lui avait donné permission, ce n'était pas la même chose. Il connaissait le jeu qui consistait à faire croire que l'autre avait les rênes du pouvoir ainsi gardait-il un certain contrôle parce qu'il ne pouvait s'abandonner complètement, il n'avait pas confiance. C'était sans doute dommage mais ça ne l'empêchait pas d'en profiter pleinement. C'était grisant de posséder un si onctueux pouvoir et un désir si violent à la fois. Etre maître et esclave à la fois, sans pour autant que l'opposition de ces deux fonctions soit un problème. Il grogna de plaisir de sentir les canines sur sa peau et ne bougea que lorsque ses bras furent emprisoné, comme s'il voulait lutter mais ce n'était qu'un chaton joueur qui était aux rênes. Se faire malmener aussi tendrement avait quelque chose d'absolument divin. Par contre, il se laissa aller à gémir et se cambrer en un seul mouvement lorsque se pressa contre la sienne la chaude virilité de son professeur. La course de son souffle s'accéléra mais il se força à s'étendre sur la table pour attendre patiemment la suite. Ce petit côté brusque le rendait prédateur et ses yeux mi-clos observaient le roux, attendant la faille dans laquelle il pourrait trouver une ouverture. Jamais ses yeux de feu ne quittaient la bouche aux lèvres pleines qui descendaient sur son torse, faisant monter la température.

" Miaou..."

Ca le fit rire cette façon de le mordre si gentiment. Il avait vu des démons s'étreindre avec une force proche de la déraison. Chaque union était une bataille et le sang coulait parfois. Pourtant, il était sous le charme de cette façon d'agir. La violence et la douceur mêlée... Comme deux soeurs ennemies qui se réconcillient. Par contre, il ne se laisseraît pas prendre à son propre jeu. Donner les indications à Rose n'avait aucun sens puisque le jeune homme était quelqu'un d'expérimenté en la matière. Il voulait le laisser se débrouiller, le laisser découvrir ces zones sensibles que son corps n'avait pas encore pris en conscience quoique, depuis que le feu avait consummé la première version de lui-même, toute sa peau souffrait de frustration rien qu'à effleurer quoi que ce soit. Peut-être ne pourrait-il même plus mettre des habits. Hum, mais ça avait un certain charme rien que pour voir combien de temps Rose tiendrait face à cette forme de torture. Il ne comptait pas lui céder à chaque fois mais se savoir désirable était une jouissance en soit dont on ne se lassait pas.

"Ha... Hum..."

Il se mordilla la lèvre face à l'avalanche de plaisir et de frustration mêlées. Son corps ondula grâcieusement. Il pouvait lui échapper s'il le voulait mais il fallait encore attendre. Il voulait le surprendre comme aucun autre ne l'avait surpris, même si c'était dur de jouer comme ça avec son propre corps. Le jeu en bas de son ventre était exactement le même que celui qui se déroulait à l'intérieur de sa tête : il fallait résister à ce besoin le plus possible. Il ne fallait pas céder, pas tout de suite... Pas la première fois... Il ne serait pas l'esclave de ses sens... Ensuite, plus rien ne le retiendrait plus jamais. Il se livrerait à la débauche à chaque fois que le besoin s'en ferait impérieux, il collectionnerait sans doute les amants et apprendrait d'eux tout ce qui avait déjà eu lieu afin de trouver de nouvelles voies dans l'Art du Sexe. Rose le rendait fou mais ne fallait-il pas quelque grains de folie dans la vie ? Le moindre geste, la caresse de ses cheveux, tout lui semblait tellement précis... Il sentait tout avec une telle acuité !!!

" Nhhhhh !!!"

Il renversa sa tête en arrière, s'offrant tout entier physiquement... Il n'arrêtait pas de gémir de façon lascive et il avait toutes les peines du monde pour regarder son enseignant procéder sans fermer les yeux de délice. Rien n'avait jamais eu une telle saveur que de se retrouver ainsi dans cette cavité si accueillante avec cette image qui dansait devant ses yeux. Pouvait-on donc réellement s'évanouir de plaisir ? Il se sentait comme la mère allaitant son enfant et c'était extraordinairement bon... Il se tortillait de façon provocante, sans même qu'il en aie conscience. Il ne pouvait plus vraiment supporter la pression et ses paupières se fermèrent sur l'éclat sanguin de ses yeux. Par tous les démons, ce que cette sensation était plaisante ! Il avait l'impression de tomber dans l'éternel abimee. S'il se laissait ainsi faire, jamais il ne pourrait remonter. Ses ailes vibrèrent et il libéra ses poignets pour que ses doigts avides se saisissent des cheveux de son amant. Il étouffa un cri de victoire en prenant ses lèvres alors qu'il jouissaient en un frisson. Le baiser ne dura guère et il se laissa retomber sur la table, les yeux voilés.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 15/07/2018 22:33:09    Sujet du message: Demeure d'Oni Yami

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Chikagai, la ville souterraine... Index du Forum -> La ville souterraine, quartier Sud -> Les rues obscures Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  >
Page 7 sur 9

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com